Titre

Scène, essai, roman, Trois façons de représenter Antigone chez Sophocle, María Zambrano et Henry Bauchau (titre provisoire)

Auteur Nadège Coutaz
Directeur /trice Prof. Ute Heidmann
Co-directeur(s) /trice(s) Prof, Sophie Klimis (Facultés Saint-Louis, Bruxelles)
Résumé de la thèse Ce projet de thèse propose de comparer deux textes du XXème siècle, La Tumba de Antígona (1967) de la philosophe espagnole María Zambrano et le roman Antigone de l’écrivain et psychanalyste belge Henry Bauchau (1997), en analysant les façons dont ces textes modernes récrivent la pièce homonyme du tragique grec Sophocle. Cette comparaison permettra de mettre en cause le présupposé d’un « mythe-substance » d’Antigone, dont il faudrait parvenir à retrouver les traits distinctifs de la version originale sophocléenne dans les versions ultérieures. Dans cette recherche, je me propose au contraire de mettre en évidence la capacité des écrivains à inventer leurs Antigones, et à leur attribuer des significations distinctes selon les façons dont ils les représentent. Il s’agira, dans un premier temps, de montrer les nombreuses dissemblances dues aux époques et aux langues de ces trois textes, mais aussi à la différence du choix générique et déterminer en quoi chaque représentation est significative d’un paradigme de pensée. La figure d’Antigone n’épouse en effet pas les mêmes significations, si elle est mise en scène dans une tragédie, un roman ou un essai, ni si elle est représentée par un tragédien, un romancier psychanalyste ou une femme philosophe et écrivaine. La thèse s’interroge ensuite sur ce que ces textes modernes ont en commun avec la pièce sophocléenne et pourquoi elles ont recours à la figure d’Antigone. Il faudra aussi voir face à quels modèles de (r)écritures et contres quelles interprétations ces textes se positionnent. La prise en compte des contextes d’écriture sera indispensable.
Statut
Délai administratif de soutenance de thèse
URL
LinkedIn
Facebook
Twitter
Google+
Xing