Information détaillée concernant le cours

[ Retour ]
Titre

Les 'détours' du sujet (discours biographique, postures et subjectivation en lettres et sciences humaines)

Dates

1-2 septembre 2020

Organisateur(s)

Prof. Bénédicte Vauthier, UNIBE [Lettres hispaniques]

Prof. Jérôme Meizoz, UNIL [Lettres françaises]

En collaboration avec les membres de la plateforme de recherche interdisciplinaire « Auto-Bio-Grafie », UNIBE

Prof. Michaela Schäuble [Anthropologie]

Prof. Gabriele Rippl [Lettres américaines]

Prof. Peter Schneemann [Histoire de l'art]

Prof. Christina Thurner [Arts et études théâtrales]

Intervenant(s)

Prof. Frédéric COSSUTTA, Ceditec, Paris Val de Marne [Philosophie] 

Prof. Laurence KAUFMANN, UNIL [Sociologie]

Prof. Jérôme MEIZOZ, UNIL [Littérature]

Prof. Dominique MAINGUENEAU, Sorbonne Université [Linguistique]

Description

En collaboration avec les membres de la plateforme de recherche interdisciplinaire « Auto-Bio-Grafie » (UNIBerne : Prof. Michaela Schäuble, anthropologie/CUSO ; Prof. Gabriele Rippl, Lettres américaines/CUSO ; Prof. Peter Schneemann, Histoire de l'art, et Prof. Christina Thurner, Arts et études théâtrales), Bénédicte Vauthier (UniBerne) et Jérôme Meizoz (UNIL Lausanne) organisent deux journées d'étude sur le retour du sujet. Depuis une trentaine d'années et de manière croissante, on peut le constater non seulement dans les textes de création, mais aussi en sciences humaines et sociales.

Ce retour du sujet a été accompagné d'un brouillage progressif des frontières entre « le moi et l'autre » entre « le sujet et l'objet d'étude », entre « l'individu et le collectif », entre « les histoires singulières et l'Histoire » (Koselleck 1975), comme le révèlent des notions telles que le biographique (Viart 2001) ou les processus de subjectivation (Giovannoni & Guilhaumou 2008). Ce sont ces multiples détours du sujet, qui se cache pour mieux se dévoiler, qui seront ici l'objet de notre attention. Ces détours brouillent aussi la carte des genres, au sens littéraire et sociologique du terme.

Format

Au début des quatre demi-journées de travail les quatre invité.e.s - spécialistes en sciences du langage (analyse du discours) et en sciences humaines et sociales (littératures, philosophie, sociologie, arts) - tiendront une conférence en français (45 min.) liée à l'impact que cette problématique transversale a eu sur leur champ d'étude ou l'un de ses objets. Les conférences seront données par les Prof. Dominique Maingueneau (Sorbonne), Frédéric Cossuta (Rennes), Laurence Kaufmann (UNIL) et Jérôme Meizoz (UNIL).

De jeunes chercheur.e.s (au max. 8, soit deux doctorant.e.s ou post-doctorant.e.s par demi-journée) qui travaillent sur des corpus qui intègrent un questionnement lié à cette problématique (subjectivation/discours/biographique) exposent et discutent ensuite leur recherche en cours (30 min.). Au terme de ces interventions, les chercheur.e.s invité.e.s animent, avec les responsables du colloque, une table ronde-atelier : les discussions sont nourries par un ou deux articles envoyés préalablement par les conférencier.e.s et elles s'inspirent des questions descriptives et théoriques soulevées par les jeunes chercheur.e.s.

Objectifs

L'enjeu de ces journées est de renforcer le travail interdisciplinaire en sciences humaines et sociales, à partir d'une problématique transversale. Elles concernent des chercheur.e.s qui mobilisent les analyses de discours dans leur domaine propre, plutôt que des modèles structuralistes sans sujets. Ils analysent et comprennent les discours en termes dialogiques et/ou de subjectivation. Ils pensent leur objet (sujet) de recherche et se perçoivent comme (sujet) énonciateur en termes non essentialistes, mais relationnels, c'est-à-dire comme « processus d'individualisation » (Kaufmann & Skuza).

La problématique est assez large, portant sur la posture et l'affirmation du sujet, par exemple dans les discours (auto)biographiques, les genres polémiques (controverse, etc.) ou factuels (témoignage, etc.), dans la création littéraire, artistique ou théâtrale, où se jouent toujours des effets dialogiques de polyphonie ou d'autoreprésentation, de plurivocalisme ou de performativité. Les chercheur.e.s peuvent partir d'une étude de cas, d'un corpus transgénérique ou d'un.e auteur.e, dont la production se joue des frontières génériques ou discursives.

Pour participer à ces journées, les doctorant·e·s et post-doctorant.e.s sont invité·e·s à soumettre des propositions de communication (en français, allemand ou anglais) d'environ 500 mots, comportant quelques indications bibliographiques. Les propositions des chercheur.e.s de la CUSO et/ ou de caractère interdisciplinaires seront privilégiées, même si les responsables des journées veilleront à ce que les différents axes disciplinaires soient représentés.

Les propositions sont à envoyer jusqu'au 31 mai aux adresses suivantes : benedicte.vauthier(at)rom.unibe(dot)ch et jerome.meizoz(at)unil(dot)ch

Les participant.e.s seront informé.e.s des résultats fin juin 2020.

 

Lieu

Université de Berne

Information
Places

20

Délai d'inscription 01.09.2020
Sponsors

Institut für spanische Sprache und Literaturen (Universität Bern)

  Walter

Benjamin

  Kolleg

short-url short URL

short-url URL onepage