Information détaillée concernant le cours

Titre

Le compte rendu : modalités, codes, usages

Dates

6-7 septembre 2019

Organisateur(s)

Lavinia Cairoli, UNIGE

Fernand Salzmann, UNIGE

Nicolas Wittwer, UNIGE

Intervenant(s)

(Sous réserve)

Prof. Vincent DEBAENE (UNIGE)

Prof. Sylvain BOURMEAU (EHESS ; dir. d'AOC)

Éric CHEVILLARD (écrivain)

Camille ESMEIN-SARRAZIN (maîtresse de conférences Université d'Orléans)

Laurence GUDIN (dir. éd. La Baconnière)

Prof. Lise MICHEL (UNIL)

Guy POITRY (MER UNIGE).

Description

Dans notre discipline, la pratique du compte rendu est multiple : la nature du texte critiqué est multiple (académique, littéraire) ; les lieux de publications du compte rendu sont multiples (journaux littéraires, quotidiens, revues, sites internet) ; les voix desquelles émane le compte rendu sont multiples (universitaire, journalistique, voix des écrivains eux-mêmes parfois). Autour de cette pratique se croisent donc différents acteurs qui modifient la réception du compte rendu lui-même.

Outre la détermination du choix de lecture qu'entraîne le compte rendu (un bon ou un mauvais compte rendu n'est pas sans conséquence, comme n'est pas sans conséquence l'absence d'un compte rendu sur un bon ou un mauvais livre), l'emballement médiatique peut générer une remise en question de l'expertise académique : la multiplication des plateformes de parution modifie le rapport de chacun à l'actualité scientifique ou littéraire, ce qui demande à être interrogé. On le voit, les enjeux liés à la pratique du compte rendu ne sont pas moindres et méritent qu'on s'y intéresse de près.

Aussi se propose-t-on de réfléchir durant ces deux journées aux modalités, aux codes et aux usages (passés et présents) du compte rendu. Dans un premier temps, on réfléchira à des questions liées directement à la pratique de la recherche. On trouvera d'une part des interrogations se rapportant à l'emploi du compte rendu. Ainsi : au cours de leurs recherches, quels usages les doctorants font-ils des comptes rendus ? Dans quelle mesure les comptes rendus d'une œuvre littéraire modifient-ils l'esthétique de sa réception ? Comment mobiliser les dossiers de presse des œuvres d'un corpus ? Et aussi : quel rapport entretenir avec les comptes rendus d'ouvrages scientifiques, quand ils sont les premiers résultats proposés par les catalogues électroniques des bibliothèques romandes ? D'autre part, on s'intéressera à l'exercice du compte rendu lui-même : que faire quand on veut écrire un compte rendu ? et comment le faire ? Ces réflexions prendront la forme de conférences et d'ateliers.

Dans un second temps, on profitera de l'événement « Le Livre sur les quais » organisé à Morges pour réunir les différents acteurs du monde éditorial (journalistes, éditeurs, directeurs de revue) et s'interroger ensemble, en cette période de rentrée littéraire, sur ce que les chercheurs en littérature peuvent apporter de différent ou de particulier au compte rendu littéraire par rapport aux journalistes spécialisés, par exemple. Les écrivains ne seront pas en reste, puisque l'exemple d'Éric Chevillard qui vient de faire paraître chez La Baconnière un recueil de ses chroniques publiées dans Le Monde des livres entre 2011 et 2017 soulève la question du statut littéraire auquel pourrait prétendre le compte rendu. Une grande table-ronde sera organisée.

Lieu

Le 6 septembre à l'Université de Genève, le 7 septembre à Morges (festival Le livre sur les quais)

Information
Places

20

Délai d'inscription 29.08.2019
short-url short URL

short-url URL onepage