Information détaillée concernant le cours

Titre

De l’ornement en littérature. Approches interdisciplinaires

Dates

6 octobre 2017

Responsable de l'activité

Christophe Imperiali

Organisateur(s)

Prof. Dominique Brancher, UniBas

Dr Christophe Imperiali, chercheur FNS/UniBe 

Dre Barbara Selmeci Castioni, chercheuse FNS/coordinatrice CUSO

Intervenant(s)

Prof. Ralph DEKONINCK, GEMCA/Université catholique de Louvain

Dre Caroline HEERING, FNRS

Prof. Constance FREI, professeur, UniL/HEMU Lausanne

Dre Nathalie KREMER, maître de conférences, Université de Paris-Sorbonne Nouvelle

Prof. Christian MICHEL, UniL

Prof. Gérard Milhe POUTINGON, Université de Rouen

Dre Anne PIEJUS, directrice de recherches, CNRS/Paris Sorbonne/OBVIL

Description

Au prisme des récents développements théoriques et historiques dans le domaine de l'ornement en musicologie et en histoire de l'art, cette journée permettra d'envisager, à la lumière d'outils issus d'autres disciplines, des questions trop souvent négligées en littérature. Comment identifier, par exemple, dans un texte littéraire, ce qui relève de l'essentiel et ce qui est ornemental? Quel est le rôle de ce partage, hautement discutable, dans les processus de création comme dans les modalités de réception d'une œuvre? La versification, la fiction, l'exemplum, l'amplification, la digression : autant de notions importantes qui voisinent en permanence avec l'ornement, sur différents plans. Dès lors, quel sens donner à cette catégorisation? Faut-il avec Corneille distinguer le «fondement dans l'Histoire» des «embellissements de théâtre»? N'estimer, avec Voltaire, «la poésie qu'autant qu'elle est l'ornement de la raison»? Ce serait sans doute opposer hâtivement le delectare au docere et s'empêcher de percevoir des logiques qui se déploient en marge des poétiques officielles pour informer en profondeur la construction d'un texte et les effets de sens qu'il produit.

 

Situées à la croisée d'enjeux axiologiques et formels, ces questions revêtent, en particulier en amont de la naissance de l'esthétique comme discipline philosophique, une portée spécifique : l'ornement demeure en effet théoriquement second au regard de la part du texte qui était chargée de dispenser une leçon spirituelle, morale ou savante; dans les faits, l'ornement entre en concurrence avec cette part supposée essentielle du texte. Mais peut-on vraiment penser une séparation nette de l'essentiel et de l'accessoire ? Dans quelle mesure la forme peut-elle être tenue pour seconde par rapport au « fond » ? Et dans quelle mesure fait-il sens d'envisager un degré zéro de l'élaboration stylistique, une forme « neutre » à laquelle s'opposerait l'ornementation ?

 

Cette problématique du reste s'étend à l'histoire matérielle des livres: si l'illustration est réputée ancillaire vis-à-vis du texte, on crie toutefois au «livre défiguré» dès lors que les planches ont disparu et que demeure le texte nu. En ce sens, il convient de souligner la richesse du modèle végétal lorsqu'il s'agit de rendre compte des excès d'un mouvement d'écriture ou de figuration. L'histoire lexicale du floral est en effet mobilisée pour caractériser (ou critiquer) tout débordement esthétiquement fécond: «fleurons», «vignettes», «style fleuri».

 

Un ensemble de brèves conférences, le matin, donnera à la journée un socle théorique et historique solide, en croisant les regards de spécialistes de l'ornement en poétique et en rhétorique, en musicologie et en histoire de l'art. L'après-midi, un premier atelier («Penser l'ornement dans mon corpus de recherche») invitera les participants à faire retour sur leurs différents corpus de recherche à la lumière du partage théorique entre fondement et ornement (et ses différentes déclinaisons: accessoire, embellissement, épisode, dilatation, etc.) ; un second atelier («Quel style pour une thèse?») permettra de déplacer la réflexion sur le plan méthodologique de l'écriture scientifique. Un dossier destiné à servir de support de travail pendant les ateliers sera constitué en amont de la rencontre, à partir d'éléments transmis par les participants.

Lieu

Université de Berne, Bâtiment Unitobler, salle F-121 (Lerchenweg 36)

Information
Places

20

Délai d'inscription 06.10.2017
short-url short URL