Titre

"Haïku(s) français. Circulations, appropriations et reconfigurations d'une formule voyageuse (1905-1939)"

Auteur Magali BOSSI
Directeur /trice Jérôme David (UNIGE)
Co-directeur(s) /trice(s) Emmanuel Lozerand (Inalco / UNIGE)
Résumé de la thèse

Cette thèse de doctorat, réalisée sous la direction du Prof. Jérôme David et du Prof. Emmanuel Lozerand, se situe à mi-chemin entre l’histoire littéraire et l'herméneutique. Elle examine les nombreuses circulations, appropriations et reconfigurations du haïku en France au cours de la première moitié du XXe siècle, en les réinscrivant dans les contextes esthétiques, littéraire, social et politique qui les ont vu naître : engouement pour le japonisme, sillage de Mallarmé et des symbolistes, émergences des avant-gardes, choc de la Première Guerre mondiale…

 

Bien culturel aujourd'hui globalisé, le haïku a été et est toujours pratiqué à travers le monde dans de très nombreuses langues, et avec des résultats parfois très différents. Ma thèse propose de le définir, a minima, comme un "petit poème japonais" - ce qui lui confère trois caractéristiques principales : une recherche de brièveté, une recherche de métrique et un lien avec le Japon (que ce Japon soit réel ou imaginaire).

 

Je propose d'explorer les différentes appropriations et reconfigurations du haïku en langue française en me penchant sur les textes poètes et théoriques des premiers-ères haïjins (poètes/étesses de haïku) en France, entre 1905 et 1939. J'envisage ainsi quatre temps principaux de cette histoire : le haïku pictural (1905-1916), le haïku de guerre (1916-1929), le haïku expérimental (1920) et le haïku amateur (1923-1927). En analysant de manière rapprochée un corpus méconnu qui présente de grandes disparités (tant au niveau formel que thématique), il s'agit avant tout de répondre à une question de recherche apparemment simple : qu'est-ce que le haïku ?

 

Statut au milieu
Délai administratif de soutenance de thèse 2023
URL
LinkedIn
Facebook
Twitter
Xing