Information détaillée concernant le cours

[ Retour ]
Titre

Littératures et cultures «populaires»? Approches, représentations et enjeux

Dates

2 décembre 2022

Responsable de l'activité

Marta Caraion

Organisateur(s)/trice(s)

Joséphine Vodoz, UNIL

Melina Marchetti, UNIL

Alexis Junod, UNIL

Intervenant-e-s

Valérie Stiénon (Université Sorbonne Paris Nord)

Matthieu Letourneux (Université Paris Nanterre)

Description

Cette journée vise à réunir des doctorant·e·s qui travaillent sur des objets relatifs à « la culture populaire », que l'on considérera ici surtout comme « culture de masse », tout en questionnant ses rapports avec les classes sociales dites « populaires ». 

On souhaiterait interroger les notions de « cultures et littératures populaires » en pensant réflexivement, en tant que jeunes chercheur·euse·s, nos représentations, approches et postures vis-à-vis de ces objets à la légitimité – encore – incertaine. Ces dernières années, certains d'entre eux (SF, BD, rap, roman-feuilleton, fantasy, etc.) ont acquis une visibilité dans la recherche grâce, notamment, aux cultural studies et aux approches des cultures médiatiques. Des tensions perdurent néanmoins toujours dans la définition de ces objets et nos manières de les appréhender : les distinctions entre « grande » littérature et littérature « mineure », littérature « sérieuse » et « de divertissement », ou encore littérature « canonique » et « non-canonique » structurent toujours le champ de la recherche en littérature française. Nous questionnerons ici ces tensions au regard de nos recherches respectives et de celles des intervenant·e·s invité·e·s.

À ce titre, différents enjeux peuvent être soulevés et mis en perspective, dont nous proposons ci-dessous quelques exemples, à titre indicatif

  • Enjeux définitionnels et historiographiques - Que recouvrent les expressions « culture populaire » et « littérature populaire » dans la recherche académique ? Comment les utiliser, les définir ? Qu'est-ce que la construction de l'histoire littéraire canonique doit à la culture dominante et aux valeurs associées, et en quoi ces rapports se déconstruisent-ils aujourd'hui (p.ex. dans les cultural studies) ? Comment écrire une histoire littéraire plurielle et inclusive ? Les objets populaires peuvent-ils inciter à reconsidérer les méthodes historiographiques « traditionnelles » ?

  • Enjeux sociologiques - Comment analyser la production et la consommation de littérature/culture « populaire » au vu de la difficulté à définir précisément ce terme ?  De quelle façon différencier, si c’est possible, la littérature de masse d’une littérature consommée spécifiquement par « les classes populaires » ? Comment analyser les œuvres « transfuges » et leurs trajectoires ? Que fait la canonisation à un texte, et que peut-elle révéler des institutions et des publics y participant ?

  • Enjeux épistémologiques - De quelle manière le monde académique et/ou médiatique a considéré les objets littéraires populaires lors de leurs apparitions ? Comment se déploie ce regard encore aujourd’hui ? Quels enjeux théoriques et critiques se posent pour les jeunes chercheurs et chercheuses qui s’y intéressent ? Comment utiliser la  « double expertise » (informelle/académique) de ces objets saisis de manière quotidienne et critique ? Comment dépasser, dans l’analyse, l’a priori de « facilité », de manque de complexité qui touche souvent les objets populaires ? 

  • Enjeux esthétiques - Quelles sont les spécificités esthétiques des littératures populaires et quels liens ont-elles avec les genres, les médias et leurs publics ? Quelle place accorder à “l’expérience esthétique” du lecteur ? Quels critères formels et stylistiques ont été ou sont utilisés pour qualifier une œuvre de « populaire » ? Que dire des critères de  « réussite », de  « beauté » ou de  « complexité » tels qu’ils sont utilisés pour qualifier le canon littéraire ? Élargir le canon implique-t-il d’étendre ces critères, de les transformer ou de les abandonner ?

Vos propositions de contributions (environ 2’000 signes en français, avec une bibliographie provisoire) peuvent être envoyées avant le 30 juin 2022, aux trois adresses suivantes : [email protected], [email protected] et [email protected]

 

Indications bibliographiques générales

ARTIAGA Loïc, Le roman populaire. 1936-1960, Paris : Editions Autrement, 2008. 

BAETENS Jan, « La culture populaire n'existe pas, ou les ambiguïtés des cultural studies », Hermès, La Revue, vol. 42, no. 2, 2005, p. 70-77.

BAETENS Jan, « Le médium n'est pas soluble dans les médias de masse », Hermès, La Revue, vol. 70, no. 3, 2014, p. 40-45. 

BAETENS Jan, De BRUIJN Ben, « Éloge de la canonisation ». Fabula LHT, no. 12, 2014, p. 1-12, [En ligne], URL : https://www.fabula.org/lht/12/mdrn.html, consulté le 01.12.21. 

BESSON Anne, FRANÇOIS Anne Isabelle, LÉCOSSAIS Sarah, LETOURNEUX Matthieu, WEBER Anne-Gaëlle (dir.), Mutations des légitimités dans les productions culturelles contemporaines, Belphégor, 17, 1, 2019, [En ligne], URL : https://journals.openedition.org/belphegor/1450, consulté le 01.12.21 

BESSON Anne (dir.), Fictions médiatiques et récits de genre. Pour en finir avec le populaire ?, Paris : Lucie éditions, 2016. 

BOURDIEU Pierre, La Distinction : critique sociale du jugement, Paris : Minuit, 1979. 

BOURDIEU Pierre, « Vous avez dit "populaire" ? », Actes de la recherche en sciences sociales. vol. 46, 1983, p. 98-105.

BRUNT Rosalind, « Engaging with the popular : audiences for mass culture and what to say about them », in GROSSBERG Lawrence, et al. (dir.), Cultural Studies, Londres : Routledge, 1992, p. 69-80. 

DURING Simon, The Cultural Studies Reader, Londres : Routledge, 2001.

LAUGIER Sandra, « Cultures populaires, critique ordinaire. Une philosophie des genres mineurs », in PEDLER Emmanuel et CHEYRONNAUD Jacques (dir.), Théories ordinaires, Paris : Éditions de l'EHESS, 2020, p. 125-144, [En ligne], URL : https://books.openedition.org/editionsehess/20881, consulté le 01.12.21. 

LETOURNEUX Matthieu, Fictions à la chaîne ; Littérature sérielle et culture médiatique, Paris : Seuil, 2017.

LETOURNEUX Matthieu, PASSINI Michela, « Chapitre 7. Culture de masse et haute culture "à la française" : les circulations oubliées », in DELUERMOZ Quentin (dir.), D'ici et d'ailleurs. Histoires globales de la France contemporaine. Paris : La Découverte, 2021, p. 285-322, [En ligne], URL : https://www.cairn.info/d-ici-et-d-ailleurs--9782348060106-page-285.htm, consulté le 01.12.21. 

LYON-CAEN Judith, La Lecture et la vie. Les usages du roman au temps de Balzac, Paris : Tallandier, 2006.

MEIZOZ Jérôme, Postures littéraires. Mises en scène modernes de l'auteur, Genève : Slatkine, 2007

MEIZOZ Jérôme, Faire l'auteur en régime néo-libéral. Rudiments de marketing littéraire, Genève : Slatkine, 2020.

PASSERON Jean-Claude, GRIGNON Claude, Le savant et le populaire : misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature, Paris : Gallimard/Seuil, 1989.

SHUSTERMAN Richard, L'Art à l'état vif. La pensée pragmatiste et l'esthétique populaire, traduit de l'anglais par NOILLE Christine, Paris : Les Éditions de Minuit, 1992.

SCHAEFFER Jean-Marie, L'expérience esthétique, Paris, Gallimard, 2015. 

STIÉNON Valérie, van NUIJS Laurence, DESSY Clément, « Qui a peur du style en sociologie de la littérature ? », COnTEXTES, no. 18, 2016, [En ligne], URL : http://journals.openedition.org/contextes/6263, consulté le 26 avril 2022. 

STIÉNON Valérie, « Banalité, délégitimation, oubli : des conditions du ratage en littérature », COnTEXTES, no. 27, 2020, [En ligne], URL : http://journals.openedition.org/contextes/8957, consulté le 14.12.21. 

STIÉNON Valérie, « La littérature industrielle est-elle une littérature populaire ? Réflexions sur un corpus (1830-1850) », Le Pardaillan. Revue des littératures populaires et cultures médiatiques, n°9 (« LEGIPOP : valeurs critiques et littérature populaire »), 2021, p. 39-50.

Lieu

UNIL

Information
Places

20

Délai d'inscription 26.11.2022
short-url short URL

short-url URL onepage